Les Lourdais sauvent le bonus défensif (12-13)

Victoire sur le fil pour Bagnères (diaporama photos à venir)

A Lourdes: Bagnères bat Lourdes 13-12 (0-6)

Arbitre: Mme Bigaran

Pour Lourdes: 4 P (3e, 16e, 51e, 77e)

Pour Bagnères: 1 E Malaguradze (61e), 1 T, 2 P (54e, 80+1) Daragnou

FC Lourdes: Pouey; Dumestre, Brua, D.Giordano, C.Giordano; (o) Capblancq (Ralulu 70e), (m) Lopez; Lizon (Cassou 67e), Chabat, Lasserre (cap); Dastugues ( Pays 52e), Moreau; Greyling (Da Costa 52e), Irigoyen, Miro.

Stade Bagnérais: Daragnou; Jourdan (Puigmal 64e), De La Fuente, Malaguradze (Cayrolle 70e), Manse; (o) Dubarry, (m) Arnauné; Geledan (Cossou 52e), Cazorla, Arino (Bonnecarrère 52e), Pettigiani (Gumez 60e), Brua (cap); Szabo (Mchedlishvili 52e), Maisuradze (Junca 52e), Saayman (Simon 52e).

Dans un match, il faut un heureux et un malheureux. Le camp du bonheur a choisi Bagnères, mais un sort inverse n’aurait rien eu de scandaleux. Les occasions de meubler le score ont été sensiblement de la même teneur. Pour les « Noirs », c’est Malaguradze qui laisse s’envoler un grand nombre de points au pied, pour les « rouge et bleu » c’est Kendy Lopez qui échappait le ballon d’essai sur la ligne. Une maladresse difficilement explicable, aucun adversaire n’étant proche de lui.

Sauf que sans la bévue du numéro 9 lourdais, la physionomie du match aurait été tout autre. On jouait depuis moins d’une minute en seconde période et le FCL menait 6-0. A 11 (voire 13)-0, les Bagnérais auraient eu du mal à refaire leur retard. Contre le cours du jeu à ce moment-là, les hommes du capitaine Bertrand Brua ayant produit beaucoup de jeu pendant les 40 minutes initiales. Sans vraiment trouver la faille mais en portant le danger près de la ligne des locaux. Des initiatives qui auraient dû être récompensées par le buteur, mais on l’a dit c’était un jour sans pour Lacha. Par contre, les Lourdais avaient fait preuve de réalisme en ne faisant que deux incursions dans le camp bagnérais mais pour deux réussites de Mathieu Pouey. Un dernier raid de Dumestre avant les citrons aurait pu faire mouche.

Changement de décor en seconde période avec la remise en question lourdaise. Les avants devenus plus conquérants, en particulier en mêlée et c’est une surprise, reprenaient des couleurs et imposaient leur puissance. D’abord, c’est Mathieu Pouey qui profitait d’une mêlée qui avance pour creuser l’écart (9-0, 51e) après plusieurs temps de jeu. Réponse rapide de Daragnou pour débloquer le compteur noir, l’arrière ayant suppléé le malheureux Malaguradze dans les tirs au but. Peu après, plus inspiré à la main qu’au pied, le centre visiteur interceptait une relance des « rouge et bleu » pour filer à l’essai en coin. Daragnou profitait de la transformation pour placer les siens en tête alors que l’on atteignait l’heure de jeu.

Score indécis et la tension qui monte sur le terrain et dans les tribunes. Une tension palpable mais qui n’entraînait aucun geste répréhensible. Maintenant le sort du match était entre les pieds des buteurs. Drop manqué pour Pouey, double échec pour Daragnou sur pénalité et finalement c’est l’arrière lourdais qui replaçait les siens en tête (12-10, 76e). Protection illicite sur le renvoi et nouvel échec de l’arrière venu des Coustous. Le chrono tourne et sur un ballon anodin, un placage haut des locaux provoque une nouvelle pénalité. Cette fois Daragnou ne loupe pas la cible et donne la victoire aux Bagnérais.

Un succès qui replace les garçons de Dulong et Soubies dans la course à la qualification. Pour les Lourdais, à cause de la victoire de Mauléon, les choses sont toujours compliquées. Le point de bonus défensif logiquement acquis les laisse plein d’espoir. Avec ce qu’ils ont démontré ce dimanche, ils peuvent ( et doivent) croire en leur bonne étoile. La suite s’annonce palpitante pour tout le monde.

Jacques Terrée.

Publicités