Le Stade Bagnèrais méritait mieux

A Bagnères: Aix en Provence bat Bagnères 20-12 (MT 17-6)

Pour Aix en Provence: 2 e Barriol (8e), Longepe (20e), 2 T , 1 P Bouillon (29e), Levy (75e)

Pour Bagnères: 4 P (4e, 25e, 52e, 55e) Bats

PARC: Levy; Poujol, Jacquet (cap), Uys, Zebango; (o) Bouillon (Meudic-Brun 59e), (m) Naude (Clément 53e); Longepe, Havea (Guillaume 55e), Barriol; Navickas, Potente (Recuerda 53e); Albertse (Pataraïa 53e), Colliat (Bisciglia 12e), N’Diaye (Zarakashvili 60e).

Carton jaune: Longepe (35e)

Carton blanc: Pataraïa (59e)

Stade Bagnérais: Daragnou; Vignes, Puigmal (Dubarry 63e), Latisnères, Dumestre; (o) Bats, (m) Cayrolle ( guyon 66e); Gumes (Miro 70e), Cazorla (Viau 78e), Arino ( Bonnecarrère 47e); Bonan, Brua (cap); Sayman (Greyling 60e), Dupuy (Pambrun 76e), Fabre ( Simon 47e)

Carton jaune: Bonan (35e)

Carton blanc: Bonnecarrère (50e)

Les Bagnérais ont le droit d’être frustrés après une telle débauche d’énergie. La consolation d’un point de bonus défensif leur semblait promise quand l’arbitre pénalisait la mêlée aixoise sur la ligne des 22 mètres presque face aux poteaux. Embrouille avec l’ailier Zebango pour Vignes et Guyon et appel du juge de touche. Pas de carton, pénalité à 5 mètres de la ligne d’en-but, mais décalée en bord de touche. Une décision incompréhensible, ce sont les victimes qui se trouvent lésées. Le coup de pied de Maxime Bats ne trouve pas le chemin des poteaux, adieu la récompense.

Il y eut d’autres occasions de marquer pour l’ouvreur pyrénéen, mais le vent tourbillonnant ne l’a pas aidé dans ses tentatives, l’une finissant sur le poteau (32e). La leçon d’efficacité, ce sont les Provençaux qui l’ont donnée, surtout en première mi-temps, vent dans le dos. D’abord une pénaltouche parfaitement maîtrisée pour un essai en force de Barriol. Quelques minutes plus tard, c’est le troisième ligne Longepe qui se trouvait en bout de ligne pour conclure un renversement. Déjà 14-3, Bats avait ouvert le score, l’addition s’annonçait salée. Sauf que Bertrand Brua et sa suite étaient bien décidés à ne pas s’en laisser compter, récompensés par une réussite au pied de Bats. Petit retour vite compensé par une pénalité de Bouillon, image du réalisme du PARC. Une petite générale pour faire plus ample connaissance et Bonan et Longepe sont invités à se calmer pour 10 minutes. Sur une dernière pénalité manquée de Bats, l’arbitre pouvait siffler la mi-temps avec une belle avance pour les visiteurs (17-6).

Vent dans le dos, les « Noirs » se montraient très vite agressifs en défense et profitaient des bienfaits d’Eole. Réduits à 14 avec un carton blanc injustifié infligé à Bonnecarrère, les Bagnèrais n’en scoraient pas moins par deux fois au pied, revenant dans le bonus défensif (12-17, 55e). Les Aixois faisaient passer quelques frissons sur les échines locales mais une volonté de fer permettait de colmater les brèches. Vignes essaiera bien de profiter du vent des 50 mètres mais son coup de pied passe à côté des perches. Le buteur adverse échouera une première fois avant de trouver le chemin des poteaux sur une faute de la mêlée bagnéraise. Le bonus défensif s’envolait par la même occasion. On sait ce qu’il advint des dernières minutes de la rencontre.

Les troupes du trio Dantin, Bentayou, Schneider n’ont pas à baisser la tête après ce revers. Face à une équipe professionnelle, ils ont fait mieux que résister. Les avants n’ont pas cédé un pouce de terrain, dominateurs en mêlée, arc-boutés en défense sur les ballons portés des Provençaux. C’est paradoxal, mais cette défaite doit leur donner confiance en leurs moyens. La réception de Agde dans deux semaines doit concrétiser toute cette belle volonté. Quant aux visiteurs, leur potentiel est énorme. Des avants athlétiques, organisés et conquérants, des lignes arrières tout aussi impressionnantes physiquement et dans leur attitude en attaque, le PARC peut voyager très loin dans cette saison. Faire douter un candidat à la montée, c’est déjà un petit exploit pour les Bagnérais.

Jacques Terrée

Publicités